Taux credit immobilier

La crise financière évacuée, particuliers comme pouvoirs publics attendent désormais des banquiers qu’ils reprennent leur rôle tant indispensable à l’économie : celui de pourvoyeurs de fonds, de crédits et surtout de prêts immobiliers. Comme tout le monde le sait, le taux d’intérêt est le taux permettant de calculer les intérêts d’un crédit ou d’un emprunt. Il existe deux catégories de taux credit immobilier à savoir le taux court terme pour les crédits immobiliers à taux variables et le taux long terme pour les crédits immobiliers à taux fixe. Cependant, on pourrait connaitre les offres à venir. En suivant l’évolution des taux courts et des taux longs, l’épargnant ou l’emprunteur, selon leur cas, peut anticiper une hausse ou une baisse des offres des taux credit immobilier. Le délai de prise en compte de la variation des taux du marché dans les offres commerciales des banques est variable mais, il reste toujours assez court (de 1 à 3 semaines). Sur ce milieu, le taux d’indice Euribor sert généralement de base aux crédits à taux variables. Ce taux Euribor a connu une hausse vertigineuse depuis 2007, provoquant une explosion du coût des crédits à taux variable. Une partie des emprunteurs pensaient avoir choisi un bon prêt  mais la déconvenue est au rendez-vous. Ainsi, le taux Euribor a atteint les 4,70%, ce qui a provoqué une augmentation du taux d’appel de 3,40% à près de 6,40% ! En souscrivant à un taux variable, plus faible que le taux fixe, beaucoup de personnes ont ainsi été prises au dépourvu et n’ont fait que subir les dégâts. Oui, la crise a perturbé  tout le mécanisme, le système : non, seulement elle a paralysé l’économie avec ses cohortes d’incidents comme la monté du chômage, ou une précarisation croissante  mais elle a aussi affecté énormément les personnes qui ont déjà achetées un bien. Et ces gens-là peinent à rembourser leur crédit. Et cela grâce à l’augmentation du taux credit immobilier qu’est le taux variable. Pour les victimes, une renégociation de son crédit avec sa banque est plus qu’urgent. Si elle ne donne pas suite, alors il faut demander un passage à un taux fixe qui reste abordable en ce moment. Si le banquier ne joue pas le jeu en proposant un taux fixe à plus de 6%, il vaut mieux laisser tomber en optant un rachat de crédit sinon on risque de courir à la catastrophe. Pour celui du crédit à taux fixe, le taux OAT TEC 10  appelé taux des obligations est la référence et on sent une baisse sensible sur le marché.  Actuellement on assiste à un mouvement baissier mais qui tende à se stabiliser avec des variations sur le mois comprises entre 0% et – 0,10%.

Le taux credit immobilier est souvent lié  aux taux des Banques Centrales européennes et françaises, des fluctuations du marché monétaire et surtout de l’offre et de la demande dans le milieu de l’immobilier. Ces différents paramètres font du marché immobilier un peu spécial par rapport aux autres mais il faut dégager un point très sensible : c’est le taux du crédit qui est le plus déterminant. Il est sous influence des taux du marché en temps normal comme en période de crise. D’autres ingrédients aussi entrent en ligne de compte pour déterminer la valeur des offres des crédits immobiliers, dont notamment les efforts commerciaux, la concurrence etc. Pour les initiés et d’après les expériences, en ajoutant 0,40% à 1,10%, selon la typologie des taux, on obtiendra un taux moyen des offres.  Comme la tendance est à la baisse en ce moment, logiquement avec une telle baisse de taux, la demande de crédits auprès des banques grandit. Ce qui n’est pas le cas, du moins pour le moment, car les gens se méfient encore. Le mauvais souvenir de ce marasme économique y est sûrement pour quelque chose. Cependant, il ne faut non plus s’alarmer car les signes avant coureurs d’une amélioration se profilent, se font sentir : la baisse des taux Euribor et OAT TEC 10, celle  de la Banque Centrale Européenne également qui permet aux banques primaires de se financer au moindre coût, d’être plus compétitives sur un marché en pleine effervescence. La reprise ne devrait pas être si loin prouvant encore une fois l’adage bien connu : « quand le bâtiment va, tout va ». Le taux credit immobilier est un des piliers de la relance économique vu l’ampleur de la demande actuelle. Une grande majorité des Français aspirent à être propriétaires d’un bien immobilier quelconque, des millions de clients en perspective, une énorme potentialité. Un fait aussi à prendre en considération dans cette optique, c’est que l’immobilier englobe plusieurs domaines qui sont liés les uns aux autres : le secteur du crédit comme la banque, les diverses industries (ciment, quincaillerie, mobilier etc.), ou encore  celui de l’énergie (EDF, GDF etc.) et surtout le BTP grand pourvoyeur de chantiers donc d’emplois. Cela a été le cas dans le passé et c’est encore valable pour aujourd’hui ou à l’avenir. Oui, ces fortes baisses des taux credit immobilier sont liées directement à la rude concurrence entre les acteurs du marché, le crédit immobilier est devenu un produit d’appel par excellence des banques, course à la conquête client oblige!

Pour conclure, un projet immobilier qui aboutit nécessite une bonne analyse socio-économique tels l’évolution du marché, sa tendance, le contexte ou encore ceux qui y prennent part. Parmi ces facteurs, le taux credit immobilier ne doit être pris à la légère  afin d’éviter toute déconvenue plus tard. Pour cela, les professionnels sont là pour guider et conseiller les futurs acquéreurs d’un bien comme une résidence en campagne, entre autres.

Calcul d'hypothèque
Calculateur de crédit Calculateur Hypothécaire
HypothèqueCrédit


années

%